Arts de la rue jeune public et familles

Origine du nom de la compagnie ARTKAMI: ARTs de rue   et KAMIshibaï


La compagnie ARTKAMI, crée en 2011, par Isabelle POULIQUEN et Eric SIMON, a pour but de développer les arts de la rue et plus spécifiquement la pratique et la création de kamishibaï.

Depuis sa création, ses membres s’emploient à intégrer les techniques du kamishibaï dans un environnement artistique plus large où les spectateurs seront amenés à vivre un moment interactif dans l’esprit des arts de rue.

Les kamishibaïs remontent au XIIème siècle au japon. Ils étaient utilisés pour convertir les habitants au boudhisme. Suite à l’arrivée du cinéma au XXème siècle, les artistes employés dans les théâtres d’ombres ont eu l’idée d’exploiter les techniques du kamishibaï pour raconter des histoires aux enfants dans les parcs et dans les rues japonaises à l’aide de planches et d’un butaï posé sur un porte-bagage de vélo.

Dans les années 50, le kamishibaï était si populaire que la télévision a été initialement dénommé "kamishibaï électrique." Même si les enfants et les adultes sont entourés aujourd’hui de nombreux écrans, l’attrait par cette technique demeure important tant au niveau de l’écoute, de la lecture que de la conception de planches. On pourrait même considérer le kamishibaï comme l’ancêtre du diaporama.

En 2011, la compagnie ARTKAMI a produit son premier spectacle LE SALTO DE BENEPATE en intégrant dans l’acte 2 du spectacle une série de planches crées par Bénédicte carboneill.

La démarche de la compagnie est d’inventer, d’élargir et d’explorer de nouvelles pratiques du kamishibaï afin de mieux faire connaître au grand public cet art japonais. Le projet artistique et culturel de la compagnie ARTKAMI s’attache à articuler de façon traditionnelle et innovante le kamishibaï et les arts de la rue. 

La compagnie souhaite développer progressivement ses activités sur plusieurs axes :

  • Présentation du spectacle LE SALTO DE BENEPATE à un public familial
  • Animation d’ateliers à propos du kamishibaï (conception, découverte …)
  • Diffusion de ressources numériques sur le kamishibaï sur le site de la compagnie (2012-2013)
  • Fédérer des acteurs régionaux pour proposer un temps fort Kamishibaï dans différents parcs de ville certains après-midi.